Les Chroniques d'Isaia

Bienvenue dans le monde des rêves, ami voyageur ! Tu découvriras ici l'univers d'Isaia, ses légendes, ses maléfices, ses héros de guerre et ses créatures mystiques. Deviens à ton tour un héros d'Isaia en pénétrant dans le JDR basé sur le roman!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Extrait chapitre 11 - la Bataille des Trois Cités (1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tisseur de Rêves
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 184

Feuille de personnage
Race: Administratorus Rex
Classe: Ecrivain
Réputation:

MessageSujet: Extrait chapitre 11 - la Bataille des Trois Cités (1)   Sam 21 Nov - 19:58

Chapitre 11


La bataille des trois cités
(Première partie)


[justify]Le ciel avait pris une teinte mauve tandis que de sombres nuages cachaient l’horizon à l’est. Le crépuscule avait sonné l’heure de l’ultime bataille. Le vent était frais et sifflait dans les champs de blé. Bientôt, la lune se lèverait, et le ciel serait inondé d’étoiles. Mais les noirs nuages se rapprochaient, portant leur inquiétante ombre sur le sol. Cela ne présageait rien de bon…

Un silence pesant régnait en maître sur les murailles d’Andora, baignées dans la lumière bienfaitrice du bouclier qui entourait la cité. Les soldats de la ville qui y étaient perchés retenaient leur souffle. Les archers, au nombre de deux milles, avaient bandé leur arc, et les rares magiciens de la Tour Céleste étaient prêts à agir.



[...]



Florian eut un léger sourire. Adrian, quant à lui, lui adressa un signe de main avant de s’éloigner. Il partait rejoindre ses soldats. Il avait pris la charge de cinquante arbalétriers postés sur les murailles aux côtés des archers commandés par Aldaron. Florian, quant à lui, resta seul au milieu de tous les fantassins qui se tenaient muets sur les remparts. Il resta immobile un long moment avant de lever les yeux au ciel. Celui-ci était couvert de sombres nuages, et plus aucune lueur ne semblait éclairer la nuit, sinon celle du bouclier et des torches qu’avaient allumées les hommes. Le temps était venu. Les ténèbres s’étaient avancées jusque dans les terres libres…
Le silence fut rompu par un bruit sourd. Plusieurs fantassins en premières lignes furent aussitôt alertés et quelques cris étouffés se firent entendre. Etait-ce eux ? Etaient-ils arrivés ? Les quelques mages qui tenaient le rôle de général des armées ordonnèrent le silence, et de nouveau la cité fut plongée dans un mutisme inquiétant.

Alors un bruit se fit entendre à nouveau, puis un autre, puis un autre encore… Le rythme s’accélérait, tout comme celui des battements de cœur des alliés.
Florian fut le premier à rompre le silence. Sans doute était-il le seul à n’être pas suffisamment effrayé pour parler.

- Des tambours ! Ce sont eux ! Ils approchent ! Tenez-vous prêts ! Hurla-t-il.
A peine avait-il prononcé ces quelques mots que des voix s’élevèrent de l’est. Des chants…les soldats ennemis hurlaient des paroles guerrières au son des tambours, frappant leur bouclier avec leurs armes.

A l’horizon, les premières lignes ennemies pouvaient déjà être distinguées. Des centaines et des centaines de Derakt en cuirasse, portant heaumes, boucliers rond en bois et hallebardes ou épées, hurlaient des chants barbares en brandissant leurs armes. Derrière eux, des golems de pierre (géants d’une force titanesque) poussaient des trébuchets et portaient des rocs d’une taille impressionnante. Marchant près d’eux, des épéistes humains en armure noire brandissaient l’oriflamme de l’Empire représentant une lune rouge de sang. Les cliquetis d’armures se joignirent aux cris guerriers tandis que ciel et terre ne semblaient former plus qu’une seule sphère de ténèbres. Noyé par le noir des armures et le rouge des torches, l’horizon incertain ressemblait au voile déchiré qui séparait ce monde tremblant d’un enfer inévitable.

Au centre des armées se dressait le terrible Hrothmund, plus assoiffé que jamais de combat, rugissant des paroles haineuses pour exciter ses sbires ! Des ordres furent clamés dans le lointain, le son d’un cor retentit, et toutes les troupes vinrent se ranger en lignes parfaitement droites devant le bouclier de la Cité Blanche.
Et soudain, le silence.

Cet essaim noir de créatures plongea les alliés dans un effroi tel que nul n’osa faire le moindre mouvement, les yeux rivés sur leurs ennemis.

- Bon sang…ça se présente mal…souffla Florian.

Aldaron avait tiré sa lame elfique du fourreau et l’avait brandie devant lui. Son regard balaya rapidement les armées ennemies. Jamais il ne s’était senti si faible et impuissant. Pire encore : en ne voyant que Hrothmund, il craignait qu’ils n’en viennent d’autres encore…

- A mon commandement ! Cria Aldaron.

Les archers visèrent aussitôt les premières lignes de Derakt. Hrothmund poussa alors un hurlement bestial qui glaça le sang des courageux humains. Un hurlement rauque et puissant, suivi d’un ordre clair qui allait entamer la plus grande bataille des terres libres :

- Tuez-les tous ! Dépecez-les ! Dévorez-les ! Réduisez à néant leur cité !
Les soldats Derakt se jetèrent à l’assaut, heurtant de plein fouet le bouclier. Leurs armes se brisaient vainement sur la protection des Grands Prêtres, cherchant à créer une faille.


Dernière édition par Tisseur de Rêves le Sam 12 Déc - 19:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-isaia.my-rpg.com
 
Extrait chapitre 11 - la Bataille des Trois Cités (1)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La bataille des Trois Rois: La tour des malefices ??
» La bataille des Trois Rois : la Porte du Destin
» [Rapport de bataille] Rapport du 27 aout 2008
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Isaia :: Libre Consultation :: Livre Premier - La légende des Terres Libres-
Sauter vers: