Les Chroniques d'Isaia

Bienvenue dans le monde des rêves, ami voyageur ! Tu découvriras ici l'univers d'Isaia, ses légendes, ses maléfices, ses héros de guerre et ses créatures mystiques. Deviens à ton tour un héros d'Isaia en pénétrant dans le JDR basé sur le roman!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kalgar Ael'Gand, Fléau des Vivants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kalgar Ael'Gand
Arcadien
avatar

Messages : 9

Feuille de personnage
Race: Angus. Enfin, plus tellement.
Classe: Nécromant
Réputation: -25

MessageSujet: Kalgar Ael'Gand, Fléau des Vivants   Mer 25 Nov - 11:20

Nom : Ael'Gand

Prénom : Kalgar

Age : Millénaire

Surnom : N'importe quel surnom ; il est connu de tous, mais en même temps inconnu. Ses identités sont multiples. Toutes cependant s'accordent à le définir comme un véritable fléau.

Lieu de vie actuel :



Rang spécial:

Race: Angus

Classe: Nécromant

Faction : Empire

Métier :

Groupe :


Caractère : Kalgar est le descendant d'une lignée noble, et est un maudit de sang pur. Il tire une certaine fierté de ses origines, et ne le reniera pas. Affecté par la Marque du dieu sombre, son esprit n'est, pourra-t-on dire, pas des plus clairs. Bien que sa personnalité soit morcelée, fragmentée, et présentant autant de facettes qu'un miroir fendu de toutes parts, chaque reflet est différent. Kalgar est un Angus très âgé, et a appris a gérer efficacement le flot de ses émotions et de ses souffrances pour ne plus faire qu'un avec. L'Hidraz est la source de sa force, de son pouvoir ; mais cela peut aussi être sa perte. C'est pour cela qu'il est aussi très patient. Gérer un tel pouvoir, à son niveau de puissance, requiert une attention de tous les instants et demande beaucoup d'organisation.
Patient. Torturé. Vicieux. Sadique. Rusé. Mais quand ce vieillard part sur les routes en quête d'âmes à moissonner pour ses recherches, rien ne pourrait vraiment faire croire que l'on a en face de soi une des pires abominations de Kristalia. L'apparence voudrait que l'on voie un vieil homme buriné par l'âge, souriant, espiègle et chahuteur. Non sans une certaine gène, un sentiment d'inconfort par le mystère se dégageant comme une aura autour de lui.
Des siècles et des siècles au service du Dieu Sombre ont façonné son psychisme de façon à être le plus proche possible des aspirations de son divin maître... Mais, généralement, l'on ne s'en rend compte qu'une fois enchaîné à une table d'acier froid, et dans une situation des plus désespérées. La notion de cruauté n'existe même plus dans son esprit : la souffrance fait partie de sa vie, et même s'il se rend bien compte du mal qu'il inflige aux vivants, cela ne l'affecte même plus : cela lui semble juste comme étant la chose la plus naturelle à accomplir envers les vivants, comme un dû, une obligation.
Ce qui pourrait vraiment créer une sensation de plaisir chez cet homme ? L'accumulation de puissance, des recherches profanes progressant à grands pas, des stratégies se révélant efficaces... Un pas de plus vers l'avènement du Dieu Sombre sur Kristalia.

Physique : : Sans parler de ses nombreuses apparences physiques qu'il peut prendre grâce à ses pouvoirs d'illusiomancie, son physique n'est pas tellement exceptionnel. En apparence, toujours. Il ressemble à un vieillard de taille moyenne, un mètre soixante-dix environ. Des membres noueux recouverts d'amples vêtements rouge vermeil. Un visage ridé, une peau parcheminée avec des pommettes légèrement rosées. Ses traits sont fins, et il donne l'impression de n'avoir qu'une centaine d'années tout au plus. De longs cheveux blancs, argentés, spectraux, descendent le long de ses épaules ; une longue barbe, tout aussi argentée, fantomatique, lui mange la moitié inférieure du visage. Cependant, on le voit souvent avec un léger sourire et ses yeux ambrés pétillants de ruse.
La première impression qu'il donne n'est pas plus alarmante que cela : son apparence n'est connue que des plus grands, et encore. Cependant, il dégage une sorte de noirceur latente qui met bien souvent les personnes qui l'entourent mal à l'aise. Mais sa voix chaleureuse en rassure plus d'un...
Quand les choses sérieuses commencent, l'atmosphère autour de lui s'étire, et libère soudainement une vague massive d'énergie négative ; la vie quelle qu'elle soit - humaine, végétale, animale, minérale même – est drainée jusqu'à lui. Une noirceur malsaine, délétère, s'insinue dans toute chose jusqu'à le réduire en poussière. L'Hidraz qu'il libère s'insinuera partout, jusqu'à ne plus laisser que désolation irrémédiable et stérilité.
Dans le peu de représentations où l'on parle de lui, il est décrit comme voyageant seul – bien qu'il ne faille pas se fier à cela, ses serviteurs n'étant jamais bien loin – et marchant à l'aide d'un bâton de bois clair. Habillé d'un pantalon bouffant de tissu rouge, renforcé de cuir au niveau des genoux, il porte une tunique ample et simple, rouge elle aussi. Sa cape et sa capuche sont rouges elle aussi, mais d'un rouge beaucoup plus sombre, dont la couleur rappelle le sang séché. Le seul signe de richesse qu'il porte sont des bottes de belle facture, aux boucles d'argent, ainsi qu'une besace ouvragée en cuir épais.


Histoire :

Son passé n'est connu que de peu de personnes, et pas n'importe lesquelles non plus : seuls les souverains des plus grandes cités ont eu connaissance de son existence. Quand à savoir qui il est, plus ou moins exactement, il faudrait alors être Grand prêtre, Empereur, Roi du Nazor, ou avoir été mis dans la confidence. Cependant, quelques ouvrages parlent encore de lui, perdus au fond des bibliothèques ou égarés dans des ruines un peu partout sur le continent de Kristalia.

Dans la légende populaire, il est connu comme étant annonciateur des plus grands maux, et apercevoir un vieil homme en rouge suivi d'un hibou hululant en plein jour est un présage des plus catastrophiques. Son repaire se situerait dans les montagnes d'Alendorf, creusé à même la roche et s'enfonçant jusque dans les profondeurs de la Terre. Certains disent qu'il n'en est rien, et qu'il habiterait dans la forêt maudite d' Harkath, dans un dédale perdu au fond des bois.

Ce qui est sûr, c'est que cet homme est craint par la population, et engendre la méfiance dans les villes et villages de la frontière.

Kalgar Ael'Gand était un Angus. Etait, car il ne reste plus grand-chose d'Angus en lui : tout son être est empreint d'Hidraz ; pendant des millénaires, ce bourreau de travail s'est penché sur l'étude des forces magiques coulant dans le monde d'Isaïa, et ce dans un seul but : la réalisation de l'avènement du Dieu Sombre. Indépendant par nature, il n'aime s'entourer des compagnons dont il n'a pas vérifié la loyauté sans failles ; c'est à dire des zombis et goules décérébrés, des âmes en peine, de pauvres paysans à l'esprit détruit et réduit en esclavage... En gros, tout ce qui est vivant et peut être brisé, réduit à une coquille vide, où seuls le désespoir, la haine et la souffrance peuvent s'affronter et ainsi générer encore plus d'Hidraz.
Kalgar est un chercheur patient et rusé ; il a attendu un millénaire, enfoui sous les montagnes, pour parfaire ses sortilèges et techniques, perfectionnant ses expériences, jouant avec la technologie, cherchant sans cesse le moyen de semer la désolation sur les terres libres, ou tout simplement là où il y avait trop de vie que cela en devenait insultant.
Ces trois derniers siècles, il ne sortait que rarement ; il était à l'aube d'une grand projet, allant révolutionner le monde de la magie noire. Son chef d' oeuvre, l'apothéose de toute une non-vie de recherches, l'accomplissement de SA volonté.

La lourde reliure de cuir claqua dans le silence froid régnant en maître dans la pièce. Etrangement, une certaine quiétude semblait se dégager du spectacle présent : un vieil homme affable, un vieux hibou ronflant accroché au dossier du lourd fauteuil de velours rouge, râpé et élimant, quelques ombres dansantes, tremblotantes à la lueur d'une bougie à la flamèche vacillante. Le vieil homme rehaussa doucement ses lunettes de manières à bien les caler sur les arètes de son nez. Visiblement apaisé, il posa sa plume dans un encrier de pierre noire, mate, comme si elle absorbait la lumière. S'affaissant le long de son dossier, songeur, il joua quelques secondes avec ses longs cheveux blancs. Quel étrange spectacle que cet homme, engoncé dans un fauteuil impressionnant autant par sa taille que par sa beauté.
Soufflant la bougie, l'obscurité se fit quelques instants ; mais la pièce fut bien vite baignée d'une lueur verdâtre, des veines de roches étranges parcourant les parois se mettant briller, dégageant une lumière étouffée, verte... On aurait dit que la lumière palpitait, tel les battements d'un coeur tranquille. A travers le clair-obscur, le hibou - parfaitement éveillé maintenant - suivait de ses gros yeux orangés le vieil homme, qui, s'étant levé de son fauteuil, se dirigeait à pas feutrés vers la porte. L'oiseau le suivit au sol, en sautillant comme un vulgaire moineau.

La porte déboucha alors sur un tunnel éclairé par le même mystère géologique ; de la terre battue, sèche, parcourue de racines mouvant lentement. Le vieillard posa sa main sur une des racines, et pressa fermement : la texture molle opposa une certaine résistance au début, puis se laissa doucement aller. Visiblement satisfait, il continua son chemin, mains croisées dans son dos, le hibou sautillant silencieusement à sa suite.

Il lui fallait un assistant. La tâche qui l'attendait était grande, énorme même. Mais il avait largement le pouvoir d'accomplir sa tâche... Cependant, un peu d'aide ne serait pas la malvenue. Pour cela, un loyal servant arriverait à point nommé.

Un sourire carnassier se dessina sur son visage, et ses mains se strièrent d'une teinte noire, de la même façon que la goutte de sang est absorbée par le tissu blanc. La tache noire se propagea rapidement sur tout son corps, et ses yeux flamboyèrent un bref instant. Une nouvelle porte fut poussée... Et des cris se firent entendre, cristallins ; on pouvait y sentir une peur fondamentale, primaire.

[La suite, très chers amis, sera développée au long du Rp ; lien à venir ! ]


Famille/ennemis/amis :


Équipement :

Familiers : Un hibou dépenaillé

Sortilèges :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalgar Ael'Gand
Arcadien
avatar

Messages : 9

Feuille de personnage
Race: Angus. Enfin, plus tellement.
Classe: Nécromant
Réputation: -25

MessageSujet: Re: Kalgar Ael'Gand, Fléau des Vivants   Ven 27 Nov - 13:59

Mis à jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tisseur de Rêves
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 184

Feuille de personnage
Race: Administratorus Rex
Classe: Ecrivain
Réputation:

MessageSujet: Re: Kalgar Ael'Gand, Fléau des Vivants   Ven 27 Nov - 19:21

Je valide la fiche.

Comme toujours, un style unique et subtilement malsain. Je n'en attendais pas moins Rolling Eyes

Les informations manquantes devront être mises à jour après les évènements RP importants. En attendant, tu peux commencer à jouer.
N'hésite pas à faire une demande de création pour ton antre de scientifique hérétique.

Bienvenue et bon jeu parmi nous !

_________________
~*~ Ce forum est protégé par :
http://www.copyrightfrance.com/phtml/p_logo1.php
Achetez le livre sur : http://www.simpleedition.com/index.php?main_page=product_info&cPath=22&products_id=383~*~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-isaia.my-rpg.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kalgar Ael'Gand, Fléau des Vivants   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kalgar Ael'Gand, Fléau des Vivants
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [morts vivants] WIP de fond de tiroir
» [liste] Morts Vivants
» [Morts-vivants] Les équarisseurs d’Irina
» -La nuit des morts vivants-(Pv Naoki Raidon et Libre)
» Le Lac des Morts Vivants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Isaia :: Inscription au JDR :: Fiches Personnages-
Sauter vers: